Réunion d’information privée : quoi en penser?

Si vous n’étiez pas au courant, une réunion d’ « information » a eu lieu mardi le 17 mars à 19h au restaurant de l’aéroport. Si vous ne le saviez pas, c’est que la réunion était réservée à un club select de citoyens. Lire ici que les opposants n’étaient pas invités. Malgré cela, les opposants s’y sont présentés pour voir de quoi il en retournait.

La réunion avait été organisée par le conseiller Patrice Barbot sur demande de citoyens. L’autre conseillère de l’équipe Lacombe, Chantal Bernatchez, était aussi présente, de même que le candidat Yvon Le Bel.

M. Barbot a commencé par parler du dossier du garage de la honte. M. Barbot a confirmé aux personnes présentes ce que les opposants savaient, qu’il y avait bien eu des irrégularités dans la démolition et la construction. Il a aussi dit que le contrat de déneigement n’était pas lié à la construction, malgré que le maire Lacombe ait dit le contraire à ce sujet, et que le contrat avait été accordé au plus bas soumissionnaire. Il a aussi indiqué que l’avis public pour le dézonage des terrains sur la rue Normand avait été affiché au bureau municipal seulement, parce que c’était au retour des élections de 2013, ce à quoi un citoyen présent lui a demandé pourquoi y avait-il urgence en la matière. M. Barbot a simplement répondu que le processus avait suivit son cours.

La discussion s’est ensuite poursuivie sur les infrastructures de la municipalité, notamment les égoûts dans le secteur Douville, l’aqueduc dans le domaine Huron, la situation financière de la municipalité, le contrat de déneigement et d’autres. Mme Bernatchez a fait quelques interventions, sans plus.

Durant toute la réunion, les opposants ont voulu faire part de leurs opinions pour rétablir les faits sur certains sujets exposés par M. Barbot. Plus souvent qu’autrement, les autres citoyens présents ont demandé aux opposants de laisser M. Barbot s’exprimer, allant jusqu’à ridiculiser les dires des opposants, les comparant à des rumeurs et des ragots. M. Barbot avait donc un auditoire acquis à la cause de l’administration Lacombe devant lui. Les autres citoyens présents ont répété à maintes reprises qu’il fallait regarder en avant, et que le respect et l’ordre devait revenir aux séances du conseil. Ils ont également fait un appel à l’unité des citoyens.

Que des citoyens demandent à un de leur conseiller d’obtenir de l’information sur les questions de l’heure, voilà qui est noble et responsable de leur part. Les opposants demandent la même chose depuis des mois. Là où c’est plus problématique, c’est la confiance qu’ils placent en M. Barbot et l’administration Lacombe, et surtout pourquoi ces réponses n’ont pas été donné lors d’une séance du conseil. Quand les citoyens disent qu’on peut demander des réponses à l’administration Lacombe de manière calme et posée, ils font preuve d’une grande naïveté, car ils n’ont pas compris ou eu vent que les opposants ont déjà emprunté ce chemin. Devant le mur d’indifférence et de mauvaise foi de l’administration Lacombe, les opposants n’ont eu d’autre choix que d’utiliser des moments plus musclés pour se faire entendre. Que l’organisation de cette réunion privée ait eu lieu, c’est le résultat direct des efforts des opposants.

C’est bien beau de vouloir regarder en avant. Malheureusement, la situation de la municipalité est vicié par l’administration Lacombe depuis tellement longtemps que vouloir avancer sans régler le passé ne fera qu’accentuer encore plus les relations tendues découvertes par les citoyens présents. Ces tensions existent depuis plusieurs années dans les autres quartiers de la municipalité, et donc ne sont pas une nouveauté. Les citoyens du quartier Douville n’en font juste que la découverte aujourd’hui. Il est temps maintenant de faire le ménage qui s’impose, et ce ménage ne sera pas jolie à faire. De vouloir balayer le problème sous le tapis comme le suggère les autres citoyens présents pour regarder en avant aggravera la grogne et l’injustice au lieu de les diminuer.

Finalement, les autres citoyens ont pu voir le vrai visage de l’administration Lacombe lors de la compagne électorale qui s’est terminé le 29 mars 2015. Les opposants ont utilisés des moyens musclés pour se faire entendre, c’est vrai. Mais ce n’était rien comparé au salissage et aux propos incendiaires faits par Yvon Le Bel. Les belles paroles de M. Le Bel lors de cette réunion ont volées en éclat lorsque les citoyens ont reçu son papier conçernant les opposants. Ceux-ci avaient prévenus les autres citoyens présents des dérives de l’administration Lacombe, et ils n’ont pas été écouté, étant même ridiculisé. Aujourd’hui, les citoyens réalisent que l’administration Lacombe est prête à tout pour conserver le pouvoir, sans égard pour les citoyens ou leur sécurité. Et ce n’est pas parce que le maire a été élu qu’il n’est pas à l’abri de la contestation et de l’opposition à ses décisions. Une saine démocratie l’exige.

Gilles Carpentier élu!

Gilles Carpentier, candidat indépendant, l’a emporté sur le candidat de l’équipe Lacombe, Yvon Le Bel, par 497 voix sur 238. Il s’agit là d’une victoire éclatante pour M. Carpentier et les conseillers indépendants.

Pour le maire Lacombe, il s’agit là d’un revers cinglant, car son équipe devient minoritaire au conseil, avec seulement les conseillers Chantal Bernatchez et Patrice Barbot. Mais aussi, les citoyens ont envoyé un message très clair à l’administration Lacombe. Le salissage fait par M. Le Bel contre M. Carpentier, les conseillers indépendants, et les opposants n’est désormais plus toléré par les citoyens. L’administration Lacombe devra être maintenant plus transparente, et plus à l’écoute des citoyens. Les dossiers des égoûts dans le secteur Douville, l’aqueduc dans le domaine Huron, et évidemment le garage de la honte, devront ainsi être réévalués à la lumière du résultat de cettte élection.

Le maire Lacombe a indiqué qu’il collaborera avec les conseillers indépendants. À lui désormais de montrer qu’il est prêt à faire les changements nécessaires pour répondre aux frustrations des citoyens qui se sont exprimés lors de cette élection.

Le ton mielleux d’Yvon Le Bel

Le candidat de l’équipe Lacombe récidive ce matin dans les boîtes à lettre des citoyens.

Dans ce dépliant, Yvon Le Bel se présente comme résidant depuis 19 ans, et parle de son expérience professionnelle, le tout sur un ton conciliant. Tout cela est bien intéressant, mais très tard pour espérer renverser le salissage dont il s’est rendu coupable envers les citoyens et les conseillers indépendants.

Il dit s’impliquer pour le bien de la municipalité, mais il n’a participé qu’à 2 réunions du conseil (les 2 plus récentes, voir ici et ici) dans les 19 dernières années.

Il dit vouloir travailler en harmonie avec le conseil en place, mais il se permet de faire la leçon à Gilles Carpentier, membre du CCU, sur le garage de la honte, alors qu’il ne connait rien du dossier. Il a également épousé la position du maire avec le salissage des citoyens et conseillers indépendants lors de précédents envois.

Il dit qu’il sera à l’écoute des citoyens et qu’il travaillera au maintien des droits et de la liberté de parole, mais il ne se gêne pas pour utiliser les mêmes méthodes que son chef, le maire Simon Lacombe.

Ce dépliant est la preuve que le précédent dépliant, envoyé plus tôt, a explosé au visage du maire, de M. Le Bel, et de leur partisans, et n’a  pas eu l’effet espéré au départ. Les citoyens ont dû dire à M. Le Bel et au maire Lacombe leur dégoût devant un discours aussi bas et mesquin. Et que malgré ce que pourra dire M. Le Bel par la suite, il s’agit là d’une énorme tâche qui le suivra au conseil s’il est élu. Comme début de relations avec les citoyens, M. Le Bel part avec 2 prises et demi contre lui.

 

Effervescence à Sainte-Marie-Madeleine

Excellent article de Benoit Lapierre dans l’édition du 26 mars 2015 à propos de la séance extraordinaire du conseil du 19 mars 2015 qui n’a pas eu lieu.

http://www.lecourrier.qc.ca/actualites/actualites/2015/03/26/effervescence-a-sainte-marie-madeleine/2859 (en ligne le 30 mars 2015, en voici une copie scannée Effervescence à Sainte-Marie-Madeleine – Le Courrier de St-Hyacinthe)

Quand on est conseiller, on se doit de représenter les citoyens. Moi, ce qui m’inquiète, c’est que ces gens-là veulent prendre le contrôle du conseil

Yvon Le Bel, candidat pour l’équipe Lacombe

Gilles Carpentier croit quant à lui que cette séance spéciale n’était qu’une manoeuvre du maire Lacombe pour faire mal paraître ses alliés au conseil. « C’était prémédité, ça avait été préparé le mardi d’avant au restaurant de l’aéroport ».

Gilles Carpentier, candidat indépendant

M. Le Bel devrait se garder une sérieuse gêne. Il est très mal placé pour parler, lui dont c’était sa 2e présence au conseil. De plus, le salissage envers les conseillers indépendants auquel il s’adonne lui enlève toute crédibilité, et toute liberté de critiquer.

Promesse non-tenue

Lors de la réunion du conseil du 2 mars 2015, les citoyens ont demandé, et obtenu, que la municipalité publie dans son journal mensuel la liste des comptes payés. Il s’agissait là d’une demande qui avait déjà été faite dans des séances précédentes du conseil.

Malheureusement, ce ne fut pas le cas. Voici le bulletin de mars 2015 reçu par les citoyens : Bulletin mensuel mars 2015. Il n’y a aucune mention des comptes payés.

Lors de la réunion informelle du 19 mars 2015, le maire Lacombe a indiqué que les comptes payés n’avait pas été inclus dans le journal, car il n’y avait pas eu suffisamment de temps vu que la mise en page et l’impression étaient déjà avancées.

Que dire de ce genre de commentaire? Que l’administration Lacombe n’est pas pressée d’informer ses citoyens sur les dépenses de son administration. Et qu’aucune information n’est publiée pendant la campagne électorale pour le siège #3 fait sourciller. L’administration Lacombe a-t-elle quelque chose à cacher?

Sainte-Zizanie-Madeleine

Chronique de l’éditorialiste Martin Bourassa dans l’édition du 26 mars 2015 du Courrier de Saint-Hyacinthe.

http://www.lecourrier.qc.ca/opinion/editorial/2015/03/26/sainte-zizanie-madeleine/6227 (en ligne le 30 mars 2015, en voici une copie scanné Sainte-Zizanie-Madeleine – Le Courrier de St-Hyacinthe)

Le bon côté de toute cette saga, c’est l’intérêt soudain que portent les gens de l’endroit aux affaires et à l’administration municipale de Sainte-Marie-Madeleine. L’indifférence et le laisser-aller sont bien pires que le crêpage de chignon.

Martin Bourassa, éditorialiste

M. Bourassa a bien raison. Les citoyens ayant participé à la réunion privée du 17 mars au restaurant l’Escale, et qui se plaigent de la confrontation au conseil, devraient comprendre que malheureusement, la confrontation a été le seul moyen pour faire bouger l’administration Lacombe. Ce n’est pas en se mettant la tête dans le sable que les choses vont bouger.

En réponse à M. Le Bel

Lettre ouverte dans la section Forum de l’édition du 26 mars 2015 du Courrier de Saint-Hyacinthe en réponse à des commentaires de Yvon Le Bel dans l’édition du 19 mars 2015 du Courrier de Saint-Hyacinthe.

http://www.lecourrier.qc.ca/opinion/forum/2015/03/26/en-reponse-a-bel/2579 (en ligne le 30 mars 2015, en voici une copie scanné En réponse à M. Le Bel – Le Courrier de St-Hyacinthe)

 

Yvon Le Bel sort de son mutisme

Dans l’édition du 19 mars 2015 du Courrier de Saint-Hyacinthe, Yvon Le Bel, candidat pour l’équipe Lacombe pour le siège #3, a enfin répondu aux questions des journalistes (voir l’article en ligne   http://www.lecourrier.qc.ca/actualites/actualites/2015/03/19/yves-lebel-homme-simon-lacombe/7258)

Il était temps de voir ce que le candidat avait à offrir aux citoyens de Sainte-Marie-Madeleine. Malheureusement, la récolte est maigre, pour ne pas dire inexistante. Voyons voir ce que M. Le Bel à a dire.

 J’ai un flair politique assez grand

Ça commence mal pour M. Le Bel. Après toutes les contradictions, dérives et la mauvaise foi de l’administration Lacombe, il se présente quand même dans son équipe! Peut-être que son « flair » n’est-il plus aussi bon qu’avant.

Et quand on se sent responsable, on ne s’abstient pas de voter

Et quand on est responsable, on s’abstient de faire du lobbying pour le promoteur du garage de la honte en plein CCU, comme le maire Simon Lacombe l’a fait. Mais bien sûr, les sources de M. Le Bel ne lui en ont pas parlé. Ce peut-il que cette source soit le maire? Si c’est le cas, M. Le Bel, en tant que personne responsable, devrait obtenir l’autre côté de la médaille. Et cette autre côté n’est pas rose du tout.

Contrairement à son adversaire, M. Le Bel n’est pas un habitué des séances du conseil et avant de décider de se porter candidat à un poste de conseiller, il ne suivait les affaires de sa municipalité que d’assez loin. Mais une fois élu, il promet d’être attentif à tous les dossiers, dont celui du fameux bâtiment dérogatoire, qu’il avoue ne pas bien connaître.

Intéressant. Quelques paragraphes plus tôt, M. Le Bel ne se gêne pas pour dire que M. Carpentier n’a pas été responsable dans le dossier du garage de la honte au CCU. Or maintenant, il dit qu’il ne connait pas le dossier, mais il se permet d’émettre une opinion dessus! Et M. Le Bel se dit une personne responsable? Aurait-il déjà attrapé le penchant du maire Lacombe pour les contradictions? On dirait bien que oui! Et que dire qu’il ne soit jamais venu aux séances du conseil? Ce n’est pas en n’écoutant que la version du maire Lacombe qu’il sera attentif aux dossiers. Il sera malheureusement mal informé, comme le sont beaucoup de conseillers à l’heure actuelle.

Le 2 mars, il s’est prêté à un exercice préparatoire : il a assisté à une première séance publique du conseil municipal, et l’expérience l’a surpris. « La réunion a été houleuse, et j’en ai été assez estomaqué. Lise Chartier (du comité de citoyens) intervenait tout le temps, mais M. Carpentier, lui, n’a pas dit un mot. Si on reproche à Lacombe de vouloir museler les gens, ce que je crois pas, moi je dis que Mme Chartier est en train de museler Carpentier et deux conseillers, si ce n’est pas trois »

Bienvenue au royaume de l’administration Lacombe M. Le Bel! Et vous vous présentez pour lui! En effet, les réunions sont houleuses depuis le mois d’octobre 2014. Vous le sauriez si vous étiez venu à ces réunions, ce que vous n’avez pas fait. Le maire Simon Lacombe, contrairement aux prétentions de M. Le Bel, tente bel et bien de museler les citoyens depuis le début de la controverse sur le garage de la honte. Il y a eu notamment l’envoi de mises en demeure pour de la diffamation (voir les articles ici et ici), ou pour l’installation de pancarte (voir les articles ici et ici) dénonçant les agissements de l’administration Lacombe. Lors de la séance du conseil du 6 octobre 2014, où la dérogation mineure a été accordée, il était inscrit dans le bulletin municipal (Bulletin mensuel septembre 2014) que toutes les personnes intéressées pourraient se faire entendre à ce sujet. Or, il n’en fut rien! La dérogation a été acceptée par le conseil, sans que personne ne puisse s’exprimer à ce sujet! Ici, le maire Lacombe a vraiment museler les citoyens qui n’ont pu s’exprimer avant le vote. Les citoyens veulent se faire entendre, alors ils prennent les moyens en conséquence de l’attitude de l’administration Lacombe.

Il soupçonne le comité de citoyens de pratiquer l’obstruction systématique aux séances du conseil, sans égard à la procédure. « Les interventions au conseil, ça ne se fait pas en criant, il faut que ce soit structuré. Mais j’en ai vu d’autres »

M. Le Bel risque d’en voir bien d’autres. Il devrait regarder du côté du maire Lacombe. Est-ce qu’il l’a vu donner des réponses vagues à des questions de citoyens, ne pas les écouter, de leur rire en plein visage? Voilà la vraie nature des échanges au conseil municipal de Sainte-Marie-Madeleine. Une culture de mépris et de noirceur envers les citoyens par l’équipe Lacombe. M. Le Bel ne devrait pas s’étonner que les gens doivent crier pour se faire entendre, le maire ne les écoute pas! De plus, la procédure n’est malheureusement pas le point fort du maire Lacombe (voir notamment l’article sur le changement de zonage irrégulier pour le garage de la honte). M. Le Bel devrait blâmer sévèrement son chef M. Lacombe pour les dérives lors des séances du conseil, pas les citoyens, car c’est lui qui est responsable de cette  situation.

En terminant, que penser de M. Le Bel suite à cette entrevue? Malheureusement, M. Le Bel a épousé complètement la position du maire Lacombe, et de ce fait, n’est pas du tout une personne responsable comme il se permet de le reprocher à d’autres. Il n’est pas crédible, ne sait pas de quoi il parle, et ne servira pas les intérêts des citoyens. Il est maintenant temps d’avoir un conseiller crédible et compétent pour servir adéquatement les intérêts des citoyens, et cette personne doit être Gilles Carpentier.

Le vrai visage de l’administration Lacombe

Aujourd’hui, les citoyens ont reçu un bien drôle de document dans leur boîte à lettre. Un dépliant de Yvon Le Bel, candidat pour l’équipe Lacombe au siège #3. Le contenu est à dresser les cheveux sur la tête.

Mensonges, menaces, intimidation, espionnage des citoyens : tout y passe. L’administration Lacombe montre son vrai visage, soit qu’elle fera tout en son pouvoir pour justement garder le pouvoir à Sainte-Marie-Madeleine dans ses mains. Pendant ce temps, elle ne répond à aucune question sur le problème des bornes fontaines dans le domaine Huron qui menace la sécurité des citoyens. Pas plus qu’elle ne répond aux nombreuses irrégularités dans le processus de construction du garage de la honte. Et qu’elle ne prend aucun engagement à consulter les citoyens pour les égouts dans le secteur Douville, tel que demandé par les opposants (appuyé par une pétition de 229 noms alors que la réunion spéciale du 19 mars a été demandé que par un très petit groupe de citoyens). Tout ce qu’elle fait, c’est du salissage et de l’atteinte à la réputation de citoyens qui ne demandent qu’à avoir des réponses et à être écouté par leur municipalité.

L’administration Lacombe, de même que son candidat Yvon Le Bel, font la preuve claire et nette que les promesses de respect et d’écoute des citoyens ne sont que des paroles en l’air. Que l’administration Lacombe écoutera seulement les citoyens qui pensent comme elle, notamment le comité formé par Patrice Barbot lors d’une réunion privée, et personne d’autre. Cette mascarade de démocratie a assez duré. Il est temps d’envoyer un message clair et fort à l’administration Lacombe que la peur et l’intimidation ne fonctionnent plus. Que les citoyens méritent mieux, et ce mieux c’est Gilles Carpentier, candidat indépendant. N’ayons pas peur de voter pour lui!