Archives de catégorie : Élections

Réunion extraordinaire du conseil de Sainte-Marie-Madeleine du 22 janvier 2018 : l’apocalypse n’a pas eu lieu

La réunion extraordinaire du conseil de Sainte-Marie-Madeleine du 22 janvier 2018 a eu lieu pour l’adoption du budget 2018. En effet, dû à l’élection du 5 novembre dernier, celui-ci n’avait pas pu être adopté avant la fin de l’année, ce qui est normalement requis par la loi. Il ne faut pas s’inquiéter cependant, car pour une année d’élection, la loi permet aussi un délai jusqu’au 1er février de l’année suivant l’élection.

Avis public – 22 janvier 2018

Procès-verbal – 22 janvier 2018

Lors de la campagne, l’ex-maire Lacombe avait prédit la fin des temps si le Renouveau Sainte-Marie-Madeleine devait être élu. Il parlait de centaines de dollars d’augmentation en taxes, rien de moins!

Que peut-on dire finalement de ce premier budget de l’ère post-Lacombe?

Hé bien…

Il ne s’est rien passé d’épouvantable!

Hé oui! Le budget ne prévoit aucune hausse de taxes, et présente une diminution des dépenses juridiques! Il faut dire que l’ex-maire Lacombe ne lésinait pas sur les dépenses d’avocat, ce qui lui a été reproché à de multiples reprises.

Bref, l’apocalyspe n’a pas eu lieu. Sainte-Marie-Madeleine et ses citoyens semblent tranquillement se diriger vers des jours plus sereins. Ce premier budget de l’équipe du Renouveau Sainte-Marie-Madeleine en est un très bon exemple.

Le déni de l’évidence

Dans l’édition du Courrier de Saint-Hyacinthe, un article et une lettre ouverte ont été publié en rapport avec l’élection partielle du 29 mars 2015.

D’abord, un article du journaliste Benoit Lapierre sur le résultat de la campagne, et les réactions du candidat élu Gilles Carpentier, du maire Simon Lacombe, et du candidat défait Yvon Le Bel. (http://www.lecourrier.qc.ca/actualites/actualites/2015/04/02/gilles-carpentier-au-conseil/2980, disponible en ligne le 6 avril 2015, en voici une copie scanné Gilles Carpentier au conseil – Le Courrier de Saint-Hyacinthe).

Ainsi qu’une lettre ouverte du candidat défait Yvon Le Bel (http://www.lecourrier.qc.ca/opinion/forum/2015/04/02/yvon-bel-fier-campagne/2659, disponible en ligne le 6 avril 2015, en voici une copie scanné Yvon Le Bel est fier de sa campagne – Le Courrier de Saint-Hyacinthe).

En résumé, le maire et M. Le Bel accusent Gilles Carpentier et le comité de citoyens d’avoir fait une campagne sale contre eux et disent que beaucoup de gens étaient en désaccord avec le climat aux réunions du conseil, et que des rumeurs non-fondées avaient rebutés des fidèles du maire à aller voter.

Un seul mot peut décrire les réactions de M. Lacombe et M. Le Bel : déni.

Le maire et M. Le Bel sont ceux qui ont porté les attaques les plus basses et mesquines contre Gilles Carpentier et le comité de citoyens, pas ces derniers, ni le candidat élu. Et c’est le maire qui a demandé une séance extraordinaire du conseil en pleine campagne électorale pour refaire son image, alors qu’il n’y avait pas de décision à prendre dans l’ordre du jour. De plus, le maire n’a fait qu’utiliser les mêmes tactiques de peur que lors des élections précédentes, à la différence que cette fois les citoyens n’ont pas mordu à l’hameçon, même que ceux-ci lui ont reproché ses agissements.

Il est facile pour M. Lacombe de dire que 300 électeurs fidèles ne sont pas venus votés (s’ils seraient si fidèles ils auraient votés!). Mais, il y en a 760 autres qui se sont présentés, et qui ont votés à 65% pour Gilles Carpentier.

M. Lacombe n’a donc rien compris du message de ses citoyens exprimé lors du vote du 29 mars 2015. Par la victoire de Gilles Carpentier, ils ont signifié leur désir d’avoir plus de transparence au conseil, moins d’autoritarisme, et plus d’écoute de la part du maire Lacombe. Ce dernier ne semble donc pas en faire de cas, et semble vouloir continuer dans son attitude de confrontation avec tous ceux qui s’opposent à lui.

Finalement, si M. Le Bel est fier de sa campagne, il porte de belles lunettes roses. C’est qu’à travers toutes ses publications et son discours, on pouvait entendre du mot à mot du maire Lacombe, car il n’était au courant de rien lorsque le maire l’a recruté 2 heures avant que les inscriptions ne se terminent. M. Carpentier a mené une campagne sans attaquer son adversaire, alors que M. Le Bel, lui, a utilisé la peur et le salissage pour tenter d’être élu. M. Le Bel ne pourra blâmer que lui-même s’il n’est pas bien accueillit par les citoyens à sa prochaine présence au conseil, car ceux-ci l’avaient averti au sujet des méthodes du maire et il l’a quand même écouté pour faire sa campagne.

Gilles Carpentier élu!

Gilles Carpentier, candidat indépendant, l’a emporté sur le candidat de l’équipe Lacombe, Yvon Le Bel, par 497 voix sur 238. Il s’agit là d’une victoire éclatante pour M. Carpentier et les conseillers indépendants.

Pour le maire Lacombe, il s’agit là d’un revers cinglant, car son équipe devient minoritaire au conseil, avec seulement les conseillers Chantal Bernatchez et Patrice Barbot. Mais aussi, les citoyens ont envoyé un message très clair à l’administration Lacombe. Le salissage fait par M. Le Bel contre M. Carpentier, les conseillers indépendants, et les opposants n’est désormais plus toléré par les citoyens. L’administration Lacombe devra être maintenant plus transparente, et plus à l’écoute des citoyens. Les dossiers des égoûts dans le secteur Douville, l’aqueduc dans le domaine Huron, et évidemment le garage de la honte, devront ainsi être réévalués à la lumière du résultat de cettte élection.

Le maire Lacombe a indiqué qu’il collaborera avec les conseillers indépendants. À lui désormais de montrer qu’il est prêt à faire les changements nécessaires pour répondre aux frustrations des citoyens qui se sont exprimés lors de cette élection.

Le ton mielleux d’Yvon Le Bel

Le candidat de l’équipe Lacombe récidive ce matin dans les boîtes à lettre des citoyens.

Dans ce dépliant, Yvon Le Bel se présente comme résidant depuis 19 ans, et parle de son expérience professionnelle, le tout sur un ton conciliant. Tout cela est bien intéressant, mais très tard pour espérer renverser le salissage dont il s’est rendu coupable envers les citoyens et les conseillers indépendants.

Il dit s’impliquer pour le bien de la municipalité, mais il n’a participé qu’à 2 réunions du conseil (les 2 plus récentes, voir ici et ici) dans les 19 dernières années.

Il dit vouloir travailler en harmonie avec le conseil en place, mais il se permet de faire la leçon à Gilles Carpentier, membre du CCU, sur le garage de la honte, alors qu’il ne connait rien du dossier. Il a également épousé la position du maire avec le salissage des citoyens et conseillers indépendants lors de précédents envois.

Il dit qu’il sera à l’écoute des citoyens et qu’il travaillera au maintien des droits et de la liberté de parole, mais il ne se gêne pas pour utiliser les mêmes méthodes que son chef, le maire Simon Lacombe.

Ce dépliant est la preuve que le précédent dépliant, envoyé plus tôt, a explosé au visage du maire, de M. Le Bel, et de leur partisans, et n’a  pas eu l’effet espéré au départ. Les citoyens ont dû dire à M. Le Bel et au maire Lacombe leur dégoût devant un discours aussi bas et mesquin. Et que malgré ce que pourra dire M. Le Bel par la suite, il s’agit là d’une énorme tâche qui le suivra au conseil s’il est élu. Comme début de relations avec les citoyens, M. Le Bel part avec 2 prises et demi contre lui.

 

Effervescence à Sainte-Marie-Madeleine

Excellent article de Benoit Lapierre dans l’édition du 26 mars 2015 à propos de la séance extraordinaire du conseil du 19 mars 2015 qui n’a pas eu lieu.

http://www.lecourrier.qc.ca/actualites/actualites/2015/03/26/effervescence-a-sainte-marie-madeleine/2859 (en ligne le 30 mars 2015, en voici une copie scannée Effervescence à Sainte-Marie-Madeleine – Le Courrier de St-Hyacinthe)

Quand on est conseiller, on se doit de représenter les citoyens. Moi, ce qui m’inquiète, c’est que ces gens-là veulent prendre le contrôle du conseil

Yvon Le Bel, candidat pour l’équipe Lacombe

Gilles Carpentier croit quant à lui que cette séance spéciale n’était qu’une manoeuvre du maire Lacombe pour faire mal paraître ses alliés au conseil. « C’était prémédité, ça avait été préparé le mardi d’avant au restaurant de l’aéroport ».

Gilles Carpentier, candidat indépendant

M. Le Bel devrait se garder une sérieuse gêne. Il est très mal placé pour parler, lui dont c’était sa 2e présence au conseil. De plus, le salissage envers les conseillers indépendants auquel il s’adonne lui enlève toute crédibilité, et toute liberté de critiquer.

En réponse à M. Le Bel

Lettre ouverte dans la section Forum de l’édition du 26 mars 2015 du Courrier de Saint-Hyacinthe en réponse à des commentaires de Yvon Le Bel dans l’édition du 19 mars 2015 du Courrier de Saint-Hyacinthe.

http://www.lecourrier.qc.ca/opinion/forum/2015/03/26/en-reponse-a-bel/2579 (en ligne le 30 mars 2015, en voici une copie scanné En réponse à M. Le Bel – Le Courrier de St-Hyacinthe)

 

Yvon Le Bel sort de son mutisme

Dans l’édition du 19 mars 2015 du Courrier de Saint-Hyacinthe, Yvon Le Bel, candidat pour l’équipe Lacombe pour le siège #3, a enfin répondu aux questions des journalistes (voir l’article en ligne   http://www.lecourrier.qc.ca/actualites/actualites/2015/03/19/yves-lebel-homme-simon-lacombe/7258)

Il était temps de voir ce que le candidat avait à offrir aux citoyens de Sainte-Marie-Madeleine. Malheureusement, la récolte est maigre, pour ne pas dire inexistante. Voyons voir ce que M. Le Bel à a dire.

 J’ai un flair politique assez grand

Ça commence mal pour M. Le Bel. Après toutes les contradictions, dérives et la mauvaise foi de l’administration Lacombe, il se présente quand même dans son équipe! Peut-être que son « flair » n’est-il plus aussi bon qu’avant.

Et quand on se sent responsable, on ne s’abstient pas de voter

Et quand on est responsable, on s’abstient de faire du lobbying pour le promoteur du garage de la honte en plein CCU, comme le maire Simon Lacombe l’a fait. Mais bien sûr, les sources de M. Le Bel ne lui en ont pas parlé. Ce peut-il que cette source soit le maire? Si c’est le cas, M. Le Bel, en tant que personne responsable, devrait obtenir l’autre côté de la médaille. Et cette autre côté n’est pas rose du tout.

Contrairement à son adversaire, M. Le Bel n’est pas un habitué des séances du conseil et avant de décider de se porter candidat à un poste de conseiller, il ne suivait les affaires de sa municipalité que d’assez loin. Mais une fois élu, il promet d’être attentif à tous les dossiers, dont celui du fameux bâtiment dérogatoire, qu’il avoue ne pas bien connaître.

Intéressant. Quelques paragraphes plus tôt, M. Le Bel ne se gêne pas pour dire que M. Carpentier n’a pas été responsable dans le dossier du garage de la honte au CCU. Or maintenant, il dit qu’il ne connait pas le dossier, mais il se permet d’émettre une opinion dessus! Et M. Le Bel se dit une personne responsable? Aurait-il déjà attrapé le penchant du maire Lacombe pour les contradictions? On dirait bien que oui! Et que dire qu’il ne soit jamais venu aux séances du conseil? Ce n’est pas en n’écoutant que la version du maire Lacombe qu’il sera attentif aux dossiers. Il sera malheureusement mal informé, comme le sont beaucoup de conseillers à l’heure actuelle.

Le 2 mars, il s’est prêté à un exercice préparatoire : il a assisté à une première séance publique du conseil municipal, et l’expérience l’a surpris. « La réunion a été houleuse, et j’en ai été assez estomaqué. Lise Chartier (du comité de citoyens) intervenait tout le temps, mais M. Carpentier, lui, n’a pas dit un mot. Si on reproche à Lacombe de vouloir museler les gens, ce que je crois pas, moi je dis que Mme Chartier est en train de museler Carpentier et deux conseillers, si ce n’est pas trois »

Bienvenue au royaume de l’administration Lacombe M. Le Bel! Et vous vous présentez pour lui! En effet, les réunions sont houleuses depuis le mois d’octobre 2014. Vous le sauriez si vous étiez venu à ces réunions, ce que vous n’avez pas fait. Le maire Simon Lacombe, contrairement aux prétentions de M. Le Bel, tente bel et bien de museler les citoyens depuis le début de la controverse sur le garage de la honte. Il y a eu notamment l’envoi de mises en demeure pour de la diffamation (voir les articles ici et ici), ou pour l’installation de pancarte (voir les articles ici et ici) dénonçant les agissements de l’administration Lacombe. Lors de la séance du conseil du 6 octobre 2014, où la dérogation mineure a été accordée, il était inscrit dans le bulletin municipal (Bulletin mensuel septembre 2014) que toutes les personnes intéressées pourraient se faire entendre à ce sujet. Or, il n’en fut rien! La dérogation a été acceptée par le conseil, sans que personne ne puisse s’exprimer à ce sujet! Ici, le maire Lacombe a vraiment museler les citoyens qui n’ont pu s’exprimer avant le vote. Les citoyens veulent se faire entendre, alors ils prennent les moyens en conséquence de l’attitude de l’administration Lacombe.

Il soupçonne le comité de citoyens de pratiquer l’obstruction systématique aux séances du conseil, sans égard à la procédure. « Les interventions au conseil, ça ne se fait pas en criant, il faut que ce soit structuré. Mais j’en ai vu d’autres »

M. Le Bel risque d’en voir bien d’autres. Il devrait regarder du côté du maire Lacombe. Est-ce qu’il l’a vu donner des réponses vagues à des questions de citoyens, ne pas les écouter, de leur rire en plein visage? Voilà la vraie nature des échanges au conseil municipal de Sainte-Marie-Madeleine. Une culture de mépris et de noirceur envers les citoyens par l’équipe Lacombe. M. Le Bel ne devrait pas s’étonner que les gens doivent crier pour se faire entendre, le maire ne les écoute pas! De plus, la procédure n’est malheureusement pas le point fort du maire Lacombe (voir notamment l’article sur le changement de zonage irrégulier pour le garage de la honte). M. Le Bel devrait blâmer sévèrement son chef M. Lacombe pour les dérives lors des séances du conseil, pas les citoyens, car c’est lui qui est responsable de cette  situation.

En terminant, que penser de M. Le Bel suite à cette entrevue? Malheureusement, M. Le Bel a épousé complètement la position du maire Lacombe, et de ce fait, n’est pas du tout une personne responsable comme il se permet de le reprocher à d’autres. Il n’est pas crédible, ne sait pas de quoi il parle, et ne servira pas les intérêts des citoyens. Il est maintenant temps d’avoir un conseiller crédible et compétent pour servir adéquatement les intérêts des citoyens, et cette personne doit être Gilles Carpentier.

Le vrai visage de l’administration Lacombe

Aujourd’hui, les citoyens ont reçu un bien drôle de document dans leur boîte à lettre. Un dépliant de Yvon Le Bel, candidat pour l’équipe Lacombe au siège #3. Le contenu est à dresser les cheveux sur la tête.

Mensonges, menaces, intimidation, espionnage des citoyens : tout y passe. L’administration Lacombe montre son vrai visage, soit qu’elle fera tout en son pouvoir pour justement garder le pouvoir à Sainte-Marie-Madeleine dans ses mains. Pendant ce temps, elle ne répond à aucune question sur le problème des bornes fontaines dans le domaine Huron qui menace la sécurité des citoyens. Pas plus qu’elle ne répond aux nombreuses irrégularités dans le processus de construction du garage de la honte. Et qu’elle ne prend aucun engagement à consulter les citoyens pour les égouts dans le secteur Douville, tel que demandé par les opposants (appuyé par une pétition de 229 noms alors que la réunion spéciale du 19 mars a été demandé que par un très petit groupe de citoyens). Tout ce qu’elle fait, c’est du salissage et de l’atteinte à la réputation de citoyens qui ne demandent qu’à avoir des réponses et à être écouté par leur municipalité.

L’administration Lacombe, de même que son candidat Yvon Le Bel, font la preuve claire et nette que les promesses de respect et d’écoute des citoyens ne sont que des paroles en l’air. Que l’administration Lacombe écoutera seulement les citoyens qui pensent comme elle, notamment le comité formé par Patrice Barbot lors d’une réunion privée, et personne d’autre. Cette mascarade de démocratie a assez duré. Il est temps d’envoyer un message clair et fort à l’administration Lacombe que la peur et l’intimidation ne fonctionnent plus. Que les citoyens méritent mieux, et ce mieux c’est Gilles Carpentier, candidat indépendant. N’ayons pas peur de voter pour lui!

Réunion extraordinaire du conseil de Sainte-Marie-Madeleine du 19 mars 2015 : électoralisme et salissage

Nous sommes en période électoral, et cela se voit. Une réunion extraordinaire du conseil devait se tenir le 19 mars 2015 à 20h. Devait se tenir, car il n’y a pas eu quorum. En effet, les 3 conseillers indépendants ne se sont pas présentés, même si le maire leur avait envoyé des lettres enregistrés. Le maire Lacombe ne s’est pas gêné pour dire d’entrée de jeu que les conseillers avaient été muselés, mais pas par qui. Lisant un texte écrit à l’avance, bien qu’il a dit qu’il n’était pas préparé, le maire a indiqué que la réunion faisait suite à la requête de citoyens (sans nommer lesquels et par contre, il n’a jamais répondu à deux pétitions de 62 et 229 noms) de rencontrer les élus de la municipalité (parce que ça ne semble pas possible lors des rencontres mensuels du conseil). Il s’est dit prêt avec le conseil à répondre au meilleur de leur connaissance aux questions des citoyens, sans détour, ni mesquinerie, et en toute franchise.

Le maire Lacombe a parlé des constructions de maisons, et des investissements importants qui avaient été faits dans la municipalité, notamment le Golf La Madeleine, et le CIAQ. Ce sont là de vieilles nouvelles puisque les 2 entreprises sont bien établis depuis au moins 1 décennie. Le maire s’est bien gardé de parler du problème de pression dans les bornes fontaines du domaine Huron, alors qu’il prépare le dézonage du domaine Rose-des-Vents  où tout près de 80 maisons pourraient être construites bien que le problème de pression des bornes fontaines sera toujours présent.  Il n’a parlé non plus des demandes répétées depuis des années de citoyens pour l’installation de lumières de rue il n’y a encore  rien de fait. Au final, l’administration Lacombe utilise les vieilles tactiques des élections précédentes : rumeurs, promesses en l’air, désinformation. Heureusement, grâce aux efforts des opposants et des conseillers indépendants, les citoyens aujourd’hui sont mieux informés, et voient très bien ce qui se passe.

Le maire Lacombe tente ici de refaire son image en se disant prêt à répondre aux questions des citoyens! Cela fait depuis octobre 2014 que les citoyens tentent par tous les moyens d’avoir des réponses à leurs questions. Le maire n’a fait que repondre de manière évasive, n’a pas écouté les citoyens, ou leur a carrément ri au visage pendant cette période. (à ce sujet, vous pouvez consulter les articles précédements sur les réunions du conseil du 1er décembre 2014, du 2 février 2015, et du 2 mars 2015). Il dit que les conseillers sont muselés, alors qu’il ne se gêne pas pour tenter de museler les citoyens en leur envoyant des mises en demeure pour diffamation, ou pour leur faire enlever des pancartes qui dénonçaient la décision de l’administration Lacombe d’autoriser la construction du garage de la honte. Le maire ne prêche pas beaucoup par l’exemple, et est très mal placé pour faire des reproches aux autres.

La réunion officielle ne pouvant pas avoir lieu, le maire a par contre permis aux citoyens présents de poser des questions aux conseillers présents et à lui-même sur n’importe quel sujet. Ce point est important, car comme ce n’était pas une réunion officielle, le maire et les conseillers présents n’étaient donc pas protégés par la municipalité. Au début de la réunion non officielle, le maire a lu un texte et au cours de la réunion, des documents ont été sorties pour corroborer ses dires. La réunion officielle devait servir à donner de l’information et on n’était pas préparé? À quoi donc devait servir cette réunion? Trouvez l’erreur?

Cette réunion informelle s’est malheureusement avérée en partie une compagne de salissage des conseillers indépendants et des opposants. Selon l’administration Lacombe, les conseillers indépendants sont  muselés, font de l’obstruction, et paralysent la municipalité. Le maire s’est même permis de divulguer des propos tenus lors du caucus de la dernière réunion du conseil! Pour ce qui est des opposants, l’administration Lacombe les accusent de museler les conseillers indépendants et de gueuler jusqu’à avoir satisfaction. Le maire a indiqué aussi qu’il n’avait jamais été confronté à ce genre d’opposition, et il ne s’est pas gêné non plus pour dire que les conseillers indépendants recevaient les documents pour les dossiers, contrairement à leurs prétentions. L’administration Lacombe, lors de cette soirée, n’a pas ménagé ses efforts pour discréditer l’opposition des conseillers et des citoyens. Heureusement, les citoyens présents n’étant pas dupes, certains n’ont pas hésité à confronter le maire sur des déclarations passées et sur certaines contradictions. Qu’ont donc fait de si répréhensibles les 3 conseillers indépendants et les opposants? Dans le cas des conseillers, d’avoir fait leur travail en demandant des informations adéquates pour prendre des décisions éclairées, et d’avoir été à l’écoute des citoyens. Dans les cas des opposants, d’avoir contredit la vision avec lunette rose de l’administration Lacombe, et d’avoir talonner le maire pour avoir des réponses claires et précises à leur questions. Rien de malsain dans une saine démocratie.

Un citoyen s’est permis de dire que dans le secteur Douville, depuis le début de la contreverse du garage de la honte, chacun devait choisir son clan, et qu’avec la diffusion des vidéos sur YouTube, la population passait pour niaiseux et épais sur la place publique. Ce citoyen a indiqué aussi qu’il avait accepté d’aider M. Barbot à faire cesser ces « shows de boucane » au conseil. Ce citoyen est malheureusement en retard dans les nouvelles, car les deux clans existent depuis longtemps. Demandez-le à ceux qui ont osé s’opposer à l’administration Lacombe, notamment le père de Christian Martel, ce dernier étant aujourd’hui poursuivi par la municipalité pour une affaire de droit acquis alors que l’administration Lacombe clame qu’elle ne pouvait rien faire pour le droit acquis du garage de la honte.

Le comité qui s’est formé sous l’initiative du conseiller Patrice Barbot pour mettre fin aux dérapagaes dans les assemblées du conseil, et un terme à la contreverse du garage de la honte, va devoir arrêter de faire de l’aveuglement volontaire. De nombreuses questions posées lors de la rencontre par les membres de ce comité l’ont été de façon à mettre les réponses dans la bouche des conseillers et du maire, les présentants comme des victimes innocentes du chantage des conseillers indépendants. Alors que de simples citoyens qui posaient des questions pas au goût de l’administration Lacombe ont été rabroués. Il y a donc eu deux poids, deux mesures, et on sait où va la préférence du maire pour les questions auxquelles il veut répondre. Ce comité se vante d’avoir obtenu des réponses à leurs questions. C’est en effet facile pour eux, car ils flattent l’administration Lacombe dans le sens du poil. Ce n’est pas ainsi que les citoyens seront écoutés ou respectés. Les conseillers et le maire se doivent d’être prêts à répondre à des questions serrés de la part des citoyens, ce que l’administration Lacombe a horreur de faire.

L’administration Lacombe récolte ainsi malheureusement ce qu’elle a semé. Son attitude de confrontation , son manque de transparence et de respect des procédures, et la volonté de régler des dossiers litigieux de manière expéditive font que les citoyens,  à juste titre, ne se sentent pas respectés ni écoutés. Par exemple, 2 pétitions ont été déposés au conseil, une pour le garage de la honte (62 noms), et une autre pour les égoûts du secteur Douville (229 noms), sans aucunes réactions du conseil.