Deux poids, deux mesures

Les dérives de l’administration Lacombe par rapport à la construction du garage de la honte ont permis aux opposants de découvrir que, malheureusement, ce n’étaient pas les seules.

M. Christian Martel opère une entreprise d’excavation, dont les bureaux sont situés dans la montée du 4e rang. Son équipement y est également entreposé en partie en vertu d’un droit acquis que son père possédait. L’administration Lacombe avait précédemment poursuivit en cour municipale M. Martel pour lui empêcher d’entreposer son équipement sur son terrain. En septembre 2013, peu de temps avant les élections, la municipalité avait perdu sa cause, et M. Martel avait conservé son droit acquis, l’administration Lacombe ne faisant pas appel de la décision.

Or, dans les dernière semaines, qu’elle ne fut pas la surprise de M. Martel de recevoir par le courrier une lettre de la Cour supérieure! L’administration Lacombe revenait à la charge pour tenter de nouveau d’enlever à M. Martel son droit acquis, en prétextant des erreurs lors du jugement en cour municipal. Ce jugement, rappellons-le, a eu lien en septembre 2013, soit il y a plus de 1 an et demi.

Lors de la réunion du conseil du 2 février dernier,  M. Martel a interpellé les élus à ce sujet lors de la période de questions. À sa grande surprise, ceux-ci lui ont répondu qu’ils n’en savait rien! M. Martel a informé les élus qu’il avait dépensé 30000$ pour se défendre, et le maire Lacombe lui a répondu qu’il n’était pas au courant non plus, et que ça n’avait pas coûté autant que ça pour la municipalité.

Il est étonnant de voir l’acharnement de l’administration Lacombe contre M. Martel à cause d’un droit acquis, alors qu’elle dit qu’elle n’a pas pu empêcher la construction du garage de la honte, car il y avait droit acquis là-aussi. Deux poids, deux mesures?

Le maire Lacombe s’est plaint lors de la réunion du conseil du 2 février dernier qu’il y avait beaucoup de vengeance contre lui. Il est intéressant de savoir que le père de M. Martel a été conseiller à Sainte-Marie-Madeleine, que celui-ci s’est à l’époque opposé au maire Lacombe. Le père de M. Martel a tenu tête au maire Lacombe en organisant l’achat de camions d’incendie neuf, étant donné que les camions étaient désuets, et que la population était à risque dû à leur désuétude.

Et aujourd’hui, curieusement, M. Martel doit se battre contre l’administration Lacombe pour conserver son droit acquis. Coïncidence? La question se pose, surtout qu’il est en effet bien connu l’amour que porte le maire Lacombe envers ses opposants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *