Qui sème le vent, récolte la tempête

Le maire Simon Lacombe et son administration, de même que le propriétaire du garage de la honte, récoltent ce qu’ils ont semés. Deux opposantes de longue date, Mme Noëlla Paquette et Mme Lise Chartier, ont entamé une poursuite contre Sainte-Marie-Madeleine et la compagnie du propriétaire du garage de la honte en cour Supérieur, tel que rapporté dans l’Oeil Régional le 11 novembre 2015, dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe le 12 novembre 2015, et dans le Clairon le 17 novembre 2015 . Avec la poursuite en cour de cette controverse, c’est le maire Simon Lacombe et son administration qui sont directement éclaboussés.

Une poursuite contre Sainte-Marie-Madeleine – LOeil Régional

http://www.lecourrier.qc.ca/actualites/actualites/2015/11/12/demolition-garage-exigee/2953 (en ligne le 16 novembre, en voici une copie scanné : La démolition du garage exigée – Le Courrier de Saint-Hyacinthe)

Le garage de la honte se transporte en cours – Le Clairon

Bien sûr, les partisans du maire vont déchirés leur chemise en public en acussant les opposants d’acharnement et de vouloir nuire à Sainte-Marie-Madeleine. Ou encore que les conseillers indépendants sont à blâmer pour cette poursuite en cour. Malheureusement, le seul responsable est le maire Simon Lacombe, et personne d’autre. C’est lui qui a poussé pour que ce projet soit approuvé, malgré des irrégularités. C’est lui qui a voulu faire taire toute contestation des opposants. C’est lui qui affirme que le propriétaire du garage de la honte est son ami, et que tout est conforme sur son terrain, alors que dans les faits rien n’est plus faux. On a qu’à penser à des activités non-permises par le zonage (transport, remorquage, déneigement, crème glacée), à la construction d’un abri à sel sans permis et en violation du pourcentage de l’occupation du terrain, et bien sûr le garage de la honte dont la construction a commencé sans permis, que l’usage auquel il est utilisé n’est pas permis ni par le zonage, ni par le droit acquis qui a disparu avec la démolition de l’ancien entrepôt, et que le changement de zonage comporte des irrégularités.

Les partisans du maire Lacombe devraient arrêter de se mettre la tête dans le sable. Voilà plus d’un an que la controverse a éclaté, et le maire Lacombe n’a rien fait pour calmer le jeu, bien au contraire, il a plus souvent qu’autrement jeté de l’huile sur le feu. Les opposants ont tout fait pour éviter d’en arriver à une poursuite, notamment par le dépôt de pétitions, des rencontres à l’hôtel de ville, et la prise de parole lors des réunions du conseil pour poser des questions qui sont demeurés sans réponse trop souvent, ou s’il y a eu quelques réponses, elles étaient insensées. Toutes ces actions sont restés sans effet, car le maire Lacombe refuse de reconnaître l’énorme bêtise qu’il a fait, et de faire amende honorable envers les citoyens. Qui sème le vent, récolte la tempête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *