Réunion du conseil de Sainte-Marie-Madeleine du 1er février 2016 : l’histoire se répête

Depuis le début de la controverse du garage de la honte, la réunion du conseil municipal de Sainte-Marie-Madeleine du 1er février 2016 fut la plus courte : environ 50 minutes top chrono! Mais n’allez pas croire que rien n’est arrivé pendant cette réunion.

L’ordre du jour en soit était peu volumineux. Il y avait en effet beaucoup de points généraux sans grand intérêt. L’ordre du jour fut donc expédié rapidement.

Proces-verbal – 1er février 2016

Le maire Lacombe a cependant fait ajouter un point à l’ordre du jour qui mérite d’être mentionné. La résolution ajoutée était que les conseillers indépendants Gilles Carpentier et Jean-Guy Chassé fassent rapport sur les discussions qu’ils ont eu avec Sainte-Madeleine au sujet d’un possible regroupement des services des loisirs. Le maire Lacombe ne manque pas de culot ou d’arrogance ici. Il est en effet un champion quand il est temps de ne pas répondre aux questions des citoyens ou faire rapport sur les activités de la municipalité. Bref, un champion de la noirceur et des cachoteries. Il n’est pas placé du tout pour faire des leçons de transparence aux conseillers indépendants! Bien sûr que ces derniers vont faire rapport au conseil, car ils font preuve de transparence, eux.

La citoyenne Lise Chartier a prit le plancher à la période de questions. Elle a commencé en faisant remarquer à Mme Bernatchez qu’il ne suffisait pas seulement de dire qu’elle prenait en note et qu’elle s’occuperait de la demande d’une citoyenne, mais qu’elle devrait s’en occuper vraiment. Une demande avait été faite à l’été 2015, et encore rien n’avait été discuté jusqu’à ce jour. Pour l’efficacité, on repassera.

Ensuite Mme Chartier a demandé à la directrice-générale si elle demanderait des factures détaillées à l’avenir, puisque payer des factures sans savoir exactement ce qu’elles comportent, ce n’est pas de bien administrer l’argent des citoyens, car à la réunion du 11 janvier 2016, la directrice-générale n’était pas en mesure de répondre à la question d’un citoyen puisque les factures n’étaient pas détaillées.

Mme Chartier a également demandé au maire pourquoi il ne respectait pas la confidentialité alors qu’il l’exige de tous les membres du conseil. Comme exemple le dossier d’harcèlement.
Parlant de harcèlement, Mme Chartier a fait la remarque que l’histoire de 2009 se répétait. Alors que quelques conseillers n’étaient pas du même avis que le maire, une plainte d’harcèlement avait surgi de nulle part pour intimider les conseillers et les faire taire.

Et bien. le maire ne s’est pas défendu. Bien au contraire! Il a seulement répété a plusieurs reprise que les faits et manquements que Lise Chartier soulevaient était son opinion, point final. Vraiment? La nonchalance du maire Lacombe envers ses amis pour qu’ils respectent les réglements municipaux est bien documenté. Ses tactiques de peur et d’intimidation aussi. Ce ne sont pas des opinions, ce sont des comportements inacceptables à répétition de la part d’un maire qui se dit bon gestionnaire alors que Sainte-Marie-Madeleine va cumuler un déficit d’environ 600 000$ pour 2014-2016 qui devra être éponger en pigeant dans les surplus accumulés!

Autre fait que Mme Chartier a fait remarquer, dans le journal municipal, dans le budget de 2015 et 2016 était inscrit surplus accumulé au lieu de DÉFICIT au côté du montant déficitaire. Si les citoyens ne font pas leur propre calcul, ils croient que la municipalité a fait un surplus tandis qu’elle est en déficit! Et le maire de dire à Mme Chartier qu’elle allait trop loin quand elle dit que ça manquait de transparence…

Finalement, la seule opinion qui compte pour le maire Lacombe, c’est que quelqu’un pense uniquement comme lui. Le reste, le maire ne veut rien savoir, et il va continuer dans cette voie. Vraiment triste à voir.

Prochaine réunion du conseil le 7 mars 2016!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *