Réunion du conseil de Sainte-Marie-Madeleine du 5 juin 2017 : du bon et du mauvais

La réunion du 5 juin 2017 du conseil de Sainte-Marie-Madeleine ne passera pas à l’histoire. Parce que tout simplement, les mêmes histoires s’y sont répétées.

Procès-verbal – 5 juin 2017

D’abord, commençons par la bonne nouvelle. Le maire Lacombe a reculé dans sa tentative de cacher la vérité sur sa vraie nature (dévoilé par Infoman les 23 mars 2017 et 13 avril 2017 derniers) aux citoyens de Sainte-Marie-Madeleine. En effet, le seul changement apporté aux procédures des réunions du conseil est que la première période de questions porte uniquement sur les points à l’ordre du jour. C’est tout! (Le Courrier de Saint-Hyacinthe – Enregistrer les séances restera permis) Ainsi, les demandes complètement insensées faites par M. Patrick Toutant, lors de la réunion du 3 avril 2017, ont toutes été mises à la poubelle! Le maire Lacombe n’a pas donné de détails, mais les multiples articles dénonçant sa position ont sûrement dû l’amener à réfléchir. Bien sûr, rien ne garanti que le maire Lacombe ne reviendra pas à la charge. Les citoyens autant que les opposants devront être vigilants à ce sujet.

Passons maintenant aux mauvaises nouvelles. Le propriétaire du 625 Boul. Laurier a fait de multiples demandes au conseil. Et ne soyez pas surpris, elles ont toutes été accordées! On ajoute dans la zone 203 les usages d’entreprise de déneigement et d’entreprise en construction dans l’ancien terrain de LKQ? Accordé! Dérogation mineure pour l’abri à sel construit sans permis? Sans problème, alors même que la municipalité est en cour à ce sujet! Le maire Lacombe et les conseillers membres de son équipe, Chantal Bernatchez, Patrice Barbot, Daniel Choquette et Lise Cadieux ont tout accordé à ce propriétaire, malgré ses nombreux manquements envers la réglementation municipale.

Un point à l’ordre du jour stipulait que le conseil allait assurer la défense des conseillers Daniel Choquette et Lise Cadieux. Il semblerait qu’ils aient porter plainte à la police pour intimidation. Étonnant!  Après avoir été dans l’opposition, pour revenir dans l’équipe du maire, et, soyons honnête, être d’une suffisance et d’une arrogance envers leurs collègues indépendants et les citoyens, c’est en effet surprenant qu’ils réagissent ainsi! Ils croyaient que jouer ainsi à la girouette et être méprisant envers les citoyens allait être sans conséquence? Pour le gros bon sens, on repassera! Légalement, la municipalité a le devoir de défendre les élus. Ça ne veut pas dire que leurs agissements sont moralement défendables. Espérons qu’ils retrouvent un peu de plomb dans la tête, car ils risquent d’avoir des surprises aux prochaines élections.

Il semble aussi qu’il y ait eu une mise en demeure d’envoyer au conseiller Jean-Guy Chassé concernant des propos tenus à l’endroit de M. Patrick Toutant lors de la réunion du 1er mai 2017. Encore ici, le conseil est tenu de défendre ses élus. Mais le but de la démarche de M. Toutant est nébuleux, puisque les propos de M. Chassé à son égard serait semble-t-il la stricte vérité. Serait-ce une tentative d’intimidation envers M. Chassé? Ou un moyen détourné pour faire taire un conseiller indépendant? La question se pose.

Finalement, une citoyenne est venue se plaindre que Moto-Centre St-Hyacinthe, propriété de M. Lévesque, contrevenait au règlement sur les pancartes de la municipalité. Elle avait déjà fait part de ce problème à M. Julien Dulude, inspecteur municipal, en janvier dernier. Or, rien n’a été fait pour que M. Lévesque se conforme à la réglementation! Pire, le maire Lacombe a répondu de façon condescendante à la citoyenne que Moto-Centre pouvait mettre le nombre de pancartes qu’il voulait! Et à cet instant, le maire Lacombe a pour la première fois mentit directement aux citoyens, et c’est facile de le prouver! Au début de la contestation contre le garage de la honte, des citoyens ont installé des pancartes pour dénoncer la situation. La municipalité a alors utilisé des moyens légaux, par l’envoi de lettres enregistrés, dont une livré par huissier, pour faire enlever les pancartes! Et vous savez quel réglement a été invoqué par la municipalité? LE MÊME QUE LE MAIRE LACOMBE DIT QUE MOTO-CENTRE N’A PAS À RESPECTER!!! (Pour information, il s’agit du Chapitre 11 – Affichage du réglement de zonage 09-370). Le maire Lacombe envoi donc ce message très clair aux citoyens :  soyez ami avec moi, et les règlements s’appliqueront différemment pour vous! La prochaine campagne électorale en novembre prochain risque d’être très intéressante.

Prochain rendez-vous le 3 juillet 2017!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *