Réunion du conseil de Sainte-Marie-Madeleine du 7 mars 2016 : intimidation et foire d’empoigne

La réunion du 7 mars 2016 du conseil de Sainte-Marie-Madeleine a été le théâtre de nombreux affrontements entre partisans et opposants du maire. Et comme d’habitude, le maire Lacombe a laissé pourrir la situation, en laissant au propriétaire du garage de la honte une latitude complaisante pour attaquer les conseillers indépendants et les opposants. Il faut aussi noter que c’est la première réunion qui a été filmée par Sainte-Marie-Madeleine, et qui est disponible en ligne au lien suivant :

http://stemmadeleine.videotheque.quebec/maestrov/app/client/AssetManager/AssetManager.php?USERNAME=citoyen&PASSWORD=citoyen&clientSuffix=stemmadeleine

Le début de la réunion a été marqué par une question d’un citoyen au maire Lacombe, à savoir s’il avait des intérêts dans le projet domiciliaire de l’ancien terrain de LKQ. Le maire Lacombe a répondu par la négative, mais peut-on vraiment le croire? L’époque où ce que disait le maire Lacombe était parole d’évangile est révolue depuis longtemps. Et les faits des derniers mois prouvent que le maire Lacombe n’est pas digne de confiance. La réponse du maire Lacombe doit donc être prise avec un gros grain de sel. De plus, le maire a ajouté qu’il appuyait le projet pour les citoyens, pour amener des taxes à la municipalité, alors même que sa gestion broche à foin mettra Sainte-Marie-Madeleine en déficit! Et n’oublions pas que les citoyens que le maire Lacombe aime sont ceux qui pensent comme lui, les autres il tente par tous les moyens de les faire taire… Pour le gros bon sens, on repassera.

La réunion en tant que tel a été plutôt tranquille, c’est lorsque l’ordre du jour est arrivé à un point du varia ajouté par le maire Lacombe que la situation s’est envenimée. Le point ajouté concernait un projet de développement résidentiel dans l’ancien terrain de LKQ proposé par le propriétaire du garage de la honte! Et oui, malgré 2 refus il y a de ça plusieurs mois, ce dernier revenait à la charge. Et devinez quoi? Le projet a de nouveau été rejeté majoritairement par le conseil pour une raison bien simple : le terrain de LKQ est le dernier terrain commercial de la municipalité, alors qu’il y a d’autres zones blanches prêtes à développer avant. Il s’agit là d’une raison tout à fait logique de la part du conseil.

Ce refus a irrité Sylvain Lévesque et son père. Il a demandé s’il devait faire comme d’autres ont fait, et mettre les photos des conseillers indépendants sur de belles pancartes pour que le projet débloque! Si le propriétaire du garage de la honte veut ainsi faire accepter son projet, ce n’est pas en faisant de l’intimidation de cette façon qu’il réussira! D’ailleurs, la mémoire courte de Sylvain Lévesque est facile à démontrer, car aucune photo n’a jamais été mis sur une pancarte par les opposants, sauf lors de l’élection complémentaire.

Il a ensuite informé le conseil qu’il avait fait une tournée des rues Jarry, Normand et Millette, et que les quelques citoyens rencontrés appuyaient son projet, sans en amener la moindre preuve ou personne qui l’appuierait dans ses dires. Il est bien connu que le propriétaire du garage de la honte parle énormément à travers de son chapeau, et il s’agit là probablement d’un autre exemple de ses exagérations. Il a ensuite affirmé qu’il voudrait travailler de connivence avec la municipalité pour développer ce terrain. Connivence? Si vous allez voir dans le dictionnaire ce que ce mot veut dire, il s’agit d’entente secrète, de collusion. Le propriétaire du garage de la honte venait de dire devant tous qu’il voulait travailler sur une entente ou participation secrète avec la municipalité! Soit qu’il s’agit d’un lapsus, soit qu’il ne sait pas de quoi il parle, mais dans les deux cas, ça ressemble bien à sa manière de fonctionner utilisé pour le garage de la honte, et cela n’a rien de rassurant pour les citoyens.

Mis devant le fait qu’il ne respecte par les réglements municipaux, et plus d’une fois, le propriétaire du garage de la honte a affirmé sans gêne que les règlements seraient respectés dans le développement résidentiel. Mais quelle farce! Qu’il commence par prendre action sur ce qui n’est pas conforme sur ses terrains et ensuite, il pourra être pris au sérieux. Si on en juge par ses actions passées, pourquoi cette fois-ci, serait différente ? C’est suffisant pour douter de sa bonne volonté.

D’ailleurs, le maire Lacombe n’a aucune idée des chiffres de ce projet, ni comment cela coûterait, ni comment cela rapporterait. Aucune administration digne de ce nom sur la planète ne parle de projet avant d’avoir fait un plan d’affaire et d’avoir des chiffres concrets à présenter. Lors d’une réunion à l’automne 2015, un citoyen avait posé la question au maire à savoir combien ce projet allait rapporter à la municipalité. Le maire avait répondu, on a juste à le faire et vous allez voir! Et le maire Lacombe se dit bon gestionnaire? Pas étonnant dans ce cas que Sainte-Marie-Madeleine est en déficit! Encore une fois, le maire Lacombe embelli la vérité devant les citoyens. Ça en devient presque prévisible de sa part…

Les conseillers indépendants ont eu la bonne attitude en refusant ce projet. Mme Noëlla Paquette, la grande victime du garage de la honte, a dû insister auprès du maire pour pouvoir placer un mot, car à chaque fois qu’elle veut parler, le maire la fait taire. Elle a déclaré que c’est pitoyable que des citoyens doivent payés pour faire appliquer les lois et règlements à des gens comme le propriétaire du garage de la honte. À quoi bon aller chercher plus de taxes avec un projet résidentiel si c’est pour le dépenser en poursuites? Et pour paraphraser Sylvain Lévesque et le maire, les citoyens seront effectivement juge entre des conseillers qui veulent que tous les citoyens respectent la réglementation de la municipalité, ou un maire qui favorise ses amis, se prend pour un roi, et est prêt à n’importe quoi pour garder le pouvoir. Au final, le choix est clair : le règne du maire Lacombe a assez duré.

Prochaine réunion du conseil le 4 avril 2016!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *