Réunion du conseil de Sainte-Marie-Madeleine du 13 avril 2015 : changement de dynamique

C’étais la première réunion du conseil municipal depuis l’élection de Gilles Carpentier au siège #3. Les opposants attendaient beaucoup de cette première réunion où l’administration Lacombe se retrouvait minoritaire pour la première fois à une réunion du conseil. Comparativement aux précédentes réunions, celle-ci fut plus calme, mais les opposants n’ont pas relâché la pression sur l’administration Lacombe.

1re partie

2e partie

En début de réunion, il y a eu adoption du procès verbal de la réunion extraordinaire du 19 mars 2015. Un citoyen a invoqué un point d’ordre disant qu’aucune réunion n’avait eu lieu, et donc qu’aucun procès-verbal ne pouvait être adopté. Le maire a répondu qu’il s’était informé auprès du ministère des affaires municipales, et que c’était ce qu’il devait faire.

M. Gilles Carpentier a fait sentir sa présence en n’hésitant pas à questionner la directrice générale sur les comptes à payer du mois passé. C’est notamment grâces aux interventions de M. Carpentier que les citoyens ont pu apprendre que le bulletin spécial de janvier 2015 avait coûté 2838,41 $ en frais d’avocat à la municipalité. De plus, les réponses à la demande d’information des citoyens représentés par Lise Chartier, qui contenait 18 questions, a coûté 3758 $ à la municipalité, soit environ 200$ la question. Et plusieurs réponses étaient Dossier inexistant! La directrice générale a bien tenté de se justifier en prétextant que certaines questions n’étaient pas claires, ou que cela relevait de dossiers confidentiels. Il s’agit là d’une réponse de mauvaise foi quand on sait  que l’un des questions était de savoir si oui ou non le propriétaire du garage de la honte avait eu un permis pour construire son abri à sel! C’est simple de répondre NON! Et ça ne prend pas un avocat. L’administration Lacombe nous donne encore ici un bel exemple de son contrôle sur l’information qu’il choisi de partager à ses citoyens, et surtout, sa soi-disante bonne gestion des affaires de la municipalité en prend ici pour son rhume. Le maire se vante que la municipalité ne coûte que 12% en frais d’administration. Ce serait bien si c’était vrai, mais c’est encore trop, car il fait faire le travail par des avocats et les frais juridiques eux sont à part. Voilà pourquoi les citoyens n’ont jamais de réponse quand ils demandent le bilan des frais juridiques! C’est inacceptable!

Une discussion vigoureuse a éclaté entre les conseillers et les propriétaires de la cabane à sucre à Tétreault au sujet du raccordement aux égoûts qu’ils ont demandé. Pendant toute la discussion, le maire a prit parti pour le propriétaire, un peu comme il l’a fait au CCU pour le garage de la honte, alors que les conseillers ont demandé d’avoir des informations supplémentaires avec l’ingénieur. La décision à ce sujet a été reportée au prochain conseil.

La période des questions a été ponctuée de nombreuses questions des citoyens, notamment à propos des dégâts fait par le déneigeur de la municipalité, de l’état de l’aqueduc dans la montée du 4e rang, de l’installation possible d’un étang pour poissons par le MTQ sur des terres agricoles, et du rapport des fosses septiques dans les rues Normand et Demers. Nous reviendrons sur ce point dans un prochain article.

En résumé, une réunion plus calme, mais pas plus facile pour l’administration Lacombe. La présence et les interventions de M. Gilles Carpentier semblent avoir créé une nouvelle dynamique au conseil, ce qui est de bonne augure pour les citoyens, mais pas nécessairement pour l’administration Lacombe qui devra désormais se justifier devant les conseillers en plus des opposants.

Une réflexion sur « Réunion du conseil de Sainte-Marie-Madeleine du 13 avril 2015 : changement de dynamique »

  1. Merci pour toutes ces infos, voici une bonne lecture. J’ai appris différentes choses en vous lisant, merci à vous. Fabienne Huillet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *