Yvon Le Bel sort de son mutisme

Dans l’édition du 19 mars 2015 du Courrier de Saint-Hyacinthe, Yvon Le Bel, candidat pour l’équipe Lacombe pour le siège #3, a enfin répondu aux questions des journalistes (voir l’article en ligne   http://www.lecourrier.qc.ca/actualites/actualites/2015/03/19/yves-lebel-homme-simon-lacombe/7258)

Il était temps de voir ce que le candidat avait à offrir aux citoyens de Sainte-Marie-Madeleine. Malheureusement, la récolte est maigre, pour ne pas dire inexistante. Voyons voir ce que M. Le Bel à a dire.

 J’ai un flair politique assez grand

Ça commence mal pour M. Le Bel. Après toutes les contradictions, dérives et la mauvaise foi de l’administration Lacombe, il se présente quand même dans son équipe! Peut-être que son “flair” n’est-il plus aussi bon qu’avant.

Et quand on se sent responsable, on ne s’abstient pas de voter

Et quand on est responsable, on s’abstient de faire du lobbying pour le promoteur du garage de la honte en plein CCU, comme le maire Simon Lacombe l’a fait. Mais bien sûr, les sources de M. Le Bel ne lui en ont pas parlé. Ce peut-il que cette source soit le maire? Si c’est le cas, M. Le Bel, en tant que personne responsable, devrait obtenir l’autre côté de la médaille. Et cette autre côté n’est pas rose du tout.

Contrairement à son adversaire, M. Le Bel n’est pas un habitué des séances du conseil et avant de décider de se porter candidat à un poste de conseiller, il ne suivait les affaires de sa municipalité que d’assez loin. Mais une fois élu, il promet d’être attentif à tous les dossiers, dont celui du fameux bâtiment dérogatoire, qu’il avoue ne pas bien connaître.

Intéressant. Quelques paragraphes plus tôt, M. Le Bel ne se gêne pas pour dire que M. Carpentier n’a pas été responsable dans le dossier du garage de la honte au CCU. Or maintenant, il dit qu’il ne connait pas le dossier, mais il se permet d’émettre une opinion dessus! Et M. Le Bel se dit une personne responsable? Aurait-il déjà attrapé le penchant du maire Lacombe pour les contradictions? On dirait bien que oui! Et que dire qu’il ne soit jamais venu aux séances du conseil? Ce n’est pas en n’écoutant que la version du maire Lacombe qu’il sera attentif aux dossiers. Il sera malheureusement mal informé, comme le sont beaucoup de conseillers à l’heure actuelle.

Le 2 mars, il s’est prêté à un exercice préparatoire : il a assisté à une première séance publique du conseil municipal, et l’expérience l’a surpris. “La réunion a été houleuse, et j’en ai été assez estomaqué. Lise Chartier (du comité de citoyens) intervenait tout le temps, mais M. Carpentier, lui, n’a pas dit un mot. Si on reproche à Lacombe de vouloir museler les gens, ce que je crois pas, moi je dis que Mme Chartier est en train de museler Carpentier et deux conseillers, si ce n’est pas trois”

Bienvenue au royaume de l’administration Lacombe M. Le Bel! Et vous vous présentez pour lui! En effet, les réunions sont houleuses depuis le mois d’octobre 2014. Vous le sauriez si vous étiez venu à ces réunions, ce que vous n’avez pas fait. Le maire Simon Lacombe, contrairement aux prétentions de M. Le Bel, tente bel et bien de museler les citoyens depuis le début de la controverse sur le garage de la honte. Il y a eu notamment l’envoi de mises en demeure pour de la diffamation (voir les articles ici et ici), ou pour l’installation de pancarte (voir les articles ici et ici) dénonçant les agissements de l’administration Lacombe. Lors de la séance du conseil du 6 octobre 2014, où la dérogation mineure a été accordée, il était inscrit dans le bulletin municipal (Bulletin mensuel septembre 2014) que toutes les personnes intéressées pourraient se faire entendre à ce sujet. Or, il n’en fut rien! La dérogation a été acceptée par le conseil, sans que personne ne puisse s’exprimer à ce sujet! Ici, le maire Lacombe a vraiment museler les citoyens qui n’ont pu s’exprimer avant le vote. Les citoyens veulent se faire entendre, alors ils prennent les moyens en conséquence de l’attitude de l’administration Lacombe.

Il soupçonne le comité de citoyens de pratiquer l’obstruction systématique aux séances du conseil, sans égard à la procédure. “Les interventions au conseil, ça ne se fait pas en criant, il faut que ce soit structuré. Mais j’en ai vu d’autres”

M. Le Bel risque d’en voir bien d’autres. Il devrait regarder du côté du maire Lacombe. Est-ce qu’il l’a vu donner des réponses vagues à des questions de citoyens, ne pas les écouter, de leur rire en plein visage? Voilà la vraie nature des échanges au conseil municipal de Sainte-Marie-Madeleine. Une culture de mépris et de noirceur envers les citoyens par l’équipe Lacombe. M. Le Bel ne devrait pas s’étonner que les gens doivent crier pour se faire entendre, le maire ne les écoute pas! De plus, la procédure n’est malheureusement pas le point fort du maire Lacombe (voir notamment l’article sur le changement de zonage irrégulier pour le garage de la honte). M. Le Bel devrait blâmer sévèrement son chef M. Lacombe pour les dérives lors des séances du conseil, pas les citoyens, car c’est lui qui est responsable de cette  situation.

En terminant, que penser de M. Le Bel suite à cette entrevue? Malheureusement, M. Le Bel a épousé complètement la position du maire Lacombe, et de ce fait, n’est pas du tout une personne responsable comme il se permet de le reprocher à d’autres. Il n’est pas crédible, ne sait pas de quoi il parle, et ne servira pas les intérêts des citoyens. Il est maintenant temps d’avoir un conseiller crédible et compétent pour servir adéquatement les intérêts des citoyens, et cette personne doit être Gilles Carpentier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *