Réunion du conseil de Sainte-Marie-Madeleine du 11 janvier 2016 : le cirque de retour en ville!

La réunion du conseil de Sainte-Marie-Madeleine du 11 janvier 2016 fut courte, car peu de points étaient à l’ordre du jour, mais elle fut ô combien divertissante. Le clown, pardon le maire Lacombe a continué de faire des siennes en racontant n’importe quoi, en traitant de menteurs les conseillers indépendants, et en disant qu’il allait mettre son veto sur tout ce qui ne faisait pas son affaire. Du pur style autoritaire, du Simon Lacombe à son meilleur!

Proces-verbal – 11 janvier 2016

Le maire Lacombe a bien tenté de faire passer les conseillers indépendants pour les méchants. Il a seulement perdu de vue que peu de gens le prennent au sérieux désormais. D’abord, il a affirmé que les conseillers indépendants mentaient au sujet des pompes, qu’elles étaient en bon état, alors que c’est lui-même qui a demandé une réunion spéciale pour faire 25000$ de réparations et d’entretiens sur 3 d’entre-elles! Ensuite, il a tenté de faire lire d’abord par M. Gilles Carpentier, puis ensuite par la directrice générale, un avis juridique confidentiel dans le but évident d’embarrasser les conseillers indépendants. Heureusement, personne n’est tombé dans le piège tendu par le maire Lacombe, surtout qu’en exigeant la lecture du dit document le maire Lacombe a probablement voulu contraindre des personnes à poser des gestes possiblement illégaux. Par ce geste, le maire Lacombe dépasse de beaucoup les bornes de l’acceptable dans sa vendetta contre les conseillers indépendants, et son désir de garder le pouvoir à Sainte-Marie-Madeleine.

Le propriétaire du garage de la honte y est allé de son grain de sel aussi. Le conseil venait de décider d’aller en cour municipal contre un propriétaire qui avait convertit une grange en garage, ce qui constitue un usage dérogatoire selon le zonage. Le propriétaire du garage de la honte a voulu savoir pourquoi il était poursuivit par Sainte-Marie-Madeleine en cour Supérieur pour son cas à lui, alors que selon lui les deux dossiers sont identiques! Le propriétaire du garage de la honte semble vraiment confus à ce sujet. Sainte-Marie-Madeleine a entamé des poursuites pour faire démolir un abri à sel construit sans permis, faire respecter le pourcentage d’occupation, et faire cesser un usage d’entreprise de déneigement dérogatoire. Ce sont des citoyens qui ont entamé une poursuite pour des usages dérogatoire de remorquage, déneigement, crème glacée, terrasse,  d’un changement de zonage comportant des irrégularités, et de demander la démolition du garage. Le propriétaire du garage de la honte a-t-il tant de poursuites contre lui qu’il ne sait plus qui le poursuit et pour quoi?

Une citoyenne a ensuite informé le conseil que la neige tassée près du coin de la rue Normand et du boulevard Laurier empêchait de voir venir les véhicules, ce qui était dangereux. Le propriétaire du garage de la honte a déclaré que la municipalité n’allait pas venir lui dire quoi faire chez lui, alors qu’il méprise ouvertement de multiples règlements municipaux, et que la citoyenne en question devrait aller prendre des cours de conduite parce qu’elle ne sait manifestement pas conduire. La citoyenne a rétorqué qu’elle conduisait très bien depuis très longtemps, et que c’est le propriétaire du garage de la honte qui devrait s’acheter des lunettes pour mieux voir. Après vérification, il a été constaté que la neige était clairement en dehors des limites du terrain de LKQ, notamment à la limite de l’asphalte sur le boulevard Laurier, et donc sur les terrains de la municipalité et/ou du ministère des transports. Or, le Règlement G200 article 17, applicable par la Sûreté du Québec, interdit de mettre de la neige sur un autre terrain que le sien sans avoir obtenu la permission du propriétaire. La municipalité est donc tout à fait en droit d’exiger le retrait de la neige là où elle n’est pas censé être. Le fait que le propriétaire du garage de la honte travaille beaucoup avec la police, comme il l’affirme, n’y change rien. La loi s’applique à tous, que ça lui plaise ou non.

Prochaine réunion du conseil le 1er février 2016!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *