Réunion extraordinaire du conseil de Sainte-Marie-Madeleine du 21 janvier 2016 : y-a-t’il un maire dans la salle?

La réunion extraordinaire du conseil de Sainte-Marie-Madeleine du 21 janvier 2016 fut courte, car un seul point était à l’ordre du jour. Cependant, il y a lieu de se demander si le maire Lacombe réfléchissait vraiment à ce qu’il disait pendant celle-ci. Les réponses données par le maire Lacombe nous laissent penser que non, et ça ne surprendra personne malheureusement.

Le but de la réunion était d’autoriser le transfert d’un dossier de relations de travail suite au changement de cabinet de l’avocat responsable. Ce dernier représente la municipalité dans ce dossier, et l’autorisation du transfert était pour éviter d’avoir à recommencer avec un nouvel avocat.

Jusque là, rien de bien exceptionnel. Sauf que plus la discussion avançait, et plus la situation se compliquait pour le maire et la directrice-générale.

D’abord, le dossier de relations de travail devait être traité en 2 phases, soit un rapport d’expert sur la question, et des recommandations de l’avocat qui n’avait pas encore été fournis au moment de la réunion. Le fait que l’avocat responsable avait quitté son cabinet n’avait pas été transmis non plus à Sainte-Marie-Madeleine. Et donc, la question était de savoir qui du cabinet ou de l’avocat devait transmettre le rapport. La situation était très confuse pour le maire et la directrice-générale.

Ensuite, et c’est le plus troublant, le dossier justifiant le mandat à l’avocat responsable est confidentiel. Or, les conseillers indépendants ont informé le conseil que des résidents leurs posaient des questions sur les détails de ce dossier! Le maire Lacombe avait informé les conseillers de la confidentialité de ce dossier, mais il ne s’est pas gêné lors de réunions précédentes à dire qu’il s’agissait d’une plainte de harcèlement! Il s’agit d’un manquement grave de la part du maire Lacombe. A-t-il seulement réfléchi aux conséquences auxquels il s’exposait en agissant ainsi?

Lors de la période de questions, un citoyen a demandé s’il aurait bientôt les autorisations pour procéder au développement de son projet Des Noiseux, car il attend après une autorisation pour se connecter sur le réseau d’égouts de Sainte-Marie-Madeleine. Le problème vient des pompes que la municipalité a dû faire réparer malgré qu’elles étaient en bon état selon le maire Lacombe, et il y a eu discussions pour vérifier si les pompes étaient en mesure d’absorber le flux provenant des 10 maisons prévues. Le conseil a promis au citoyen de revenir là-dessus rapidement.

Ce qui ressort de cette réunion, c’est que le maire Lacombe a démontré qu’il ne connaissait pas ces dossiers, et qu’il est plus enclin à dire que ce n’est pas de sa faute, que de répondre aux questions sur sa gestion. Cette démonstration par le maire confirme que contrairement à ce qu’il dit, il est bien responsable des ratés de la gestion à Sainte-Marie-Madeleine, et fort probablement aussi à la source du déficit de Sainte-Marie-Madeleine. Quand on est plus intéressé à sauver la face sur le moment qu’à travailler dans l’intérêt de la municipalité, on fait tout et n’importe quoi, et ce sont les citoyens qui en payent le prix en bout de ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *